Conférenciers

Télécharger      Ma communication   120 ko
Clémence BOXBERGER, doctorante contractuelle, Sociologie et Professeure des écoles. Université d'Artois, laboratoire RECIFES. Thèse dirigée par Cécile Carra. 

Publications : 

-Boxberger, C. « Logiques de justice et violences dans les cours de récréation à l'école élémentaire : une étude des désaccords enfantins », International journal of violence and school (IJVS), Octobre 2015. lien internet : http://www.ijvs.org/4-6053-Article.php?id=125&tarticle=0

-Cécile Carra, Clémence Boxberger, Bruno Robbes, Sébastien Pesce. « Gestion des incidents en classe, pratiques professionnelles des enseignants débutants et analyse de la plateforme nationale de ressources numériques Néopass@ction »Psychology, Society, & Education, 2015, Special Number “Schools and Youth: violence behaviours, prevention programs and wellbeing”. 7 (2), pp.153-168. Lien internet : http://www.psye.org/fr/articulos.php?id=155

-Boxberger, C. & Carra, C. « Bagarres de cours de récréation, socialisation enfantine et régulation des violences », Enfances & Psy, 2/2014, N°63, p. 38-49.

 

Cécile Carra est professeure de sociologie à l'Université d'Artois (France). Elle mène des recherches sur les violences dans le secteur éducatif, social et sanitaire au sein du laboratoire Lille Economie Mannagement (LEM UMR 9221). Dans le secteur éducatif, elle a notamment publié : 
Carra, C. & Mabilon-Bonfils, B. (eds.) (2012). Violences à l'école. Normes et professionnalités en questions. Arras : Presses Universitaires d'Artois, coll. Éducation et formation.
Galand, B., Carra, C. & Verhoeven, M. (eds.) (2012). Prévenir les violences à l'école. Paris : PUF, coll. Apprendre.
Carra, C. & Faggianelli, D. (2011). Les violences à l'école. Paris : PUF, coll. Que sais-je.
Faggianelli, D. & Carra, C. (2011). Le Carrousel des violences à l'école. Arras : APU, coll. Education et formation.
Carra, C. (2009). Violences à l'école élémentaire : l'expérience des élèves et des enseignants. Paris : PUF, coll. Education et société.
 

Enseignante-chercheuse du département de Communication de l'Université fédérale du Para

Doctorante en sociologie à l' EHESS. Je développe la recherche de l'influence de la société digitale sur les relations socio-affectives.

M1 en Communication, un Master professionnel en Education et Nouvelles Medias et un Master 2 en Technologies de l'inteligence (avec specialité en Semiotique Cognitive).

Ayant de l'expérience en philosophie du Langage, particulièrement en sémiotique, agissant principalement sur les thèmes suivants: philosophie du langage, nouvelles technologies, cyberespace, modernité liquide et post- humaine. Actuellement je suis professeur titulaire de la faculté de communication de l' "Universidade Federal

do Pará".

Télécharger      PPT_Kalynka  9,9 Mo

Programme

Une nouvelle gouvernance académique se met en place à l’échelle mondiale depuis la fin du XXe siècle. Celle-ci affecte entre autres le domaine de la diffusion des résultats de la recherche et des publications. Sont en jeu :
  • la diversité linguistique dans un univers dominé par l’anglais
  • la diversité épistémologique face à des définitions de la qualité néo-positivistes
  • le financement des publications et spécialement des revues face aux recommandations concernant l’accès ouvert.
Plusieurs rencontres ont eu lieu sur ce thème dans le domaine de l’éducation, lors des dernières European Conference on Educational Reseach (ECER) et plus récemment lors du colloque d’éducation comparée qui s’est tenu à Lisbonne les 25, 26 et 27 janvier dernier.
L’objet de la Table ronde serait de reprendre ces discussions en élargissant le champ. Parmi les questions possibles :
  • Comment faire valoir le travail de confrontation des résultats de la recherche, d’analyse de conjoncture et de prospective des revues et des collections par rapport à la simple mise en ligne des rapports de recherche ?
  • Comment maintenir la diversité linguistique et épistémologique et organiser le dialogue, voire la capitalisation de résultats élaborés dans des contextes différents ?
  • Les revues sont plus particulièrement concernées par ces débats. Chargées de la diffusion en temps réel des résultats de la recherche, elles sont directement touchées par la concurrence de l’accès libre. En outre, beaucoup d’entre elles ont été conçues à l’intérieur d’un espace national, voire d’un espace linguistique. Comment adapter les lignes éditoriales aux problématiques des grands espaces ? Publier en anglais constitue-t-il la meilleure solution ? Serait-il possible d’organiser une coopération entre des revues de différentes langues (français, anglais, mais aussi allemand, espagnol,  italien, portugais…) pour rendre leur travail plus visible à l’échelle internationale ?
La liste n’est évidemment pas close. Tous les collègues des différents Comités de recherche et Groupes de travail intéressés par ces questions sont invités à faire part de leurs réflexions et à participer au débat.

Vient de paraître, sous la co-direction de Jean-françois Côté, Svetla Koleva et Marc-Henry Soulet : « Les nouveaux objets de la sociologie », Cahiers de recherche sociologique, numéro 59-60, automne 2015-hiver 2016.
(ce numéro est disponible à la vente pendant cette séance ou bien à la COOP-UQAM, sur les tables du pavillon Judith-Jasmin)