Vous êtes connectés en tant qu'organisateur. Cette page est en cache jusqu'à Tue, 07 Dec 2021 22:27:13 GMT. Prévisualisez la dernière m-à-j en cliquant Rafraîchir.
Déconnecter

Diane Lamarre

Professeure titulaire de clinique
Université de Montréal
Participe à 1 Session

Pharmacienne et détentrice d’une maîtrise en pharmacie, Diane Lamarre est professeure titulaire de clinique à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal. Elle est reconnue pour sa préoccupation des patients et son souci de mieux les aider, entre autres par lesBonnes pratiques pharmaceutiques et par la mise en oeuvre des Soins pharmaceutiquesici au Québec comme ailleurs dans le monde. L’accès aux soins de santé est aussi une de ses priorités. Dans ce sens, elle a fait adopter par l’Assemblée nationale du Québec, en décembre 2011, à l’unanimité, une loi connue sous le nom de Loi 41 au Québec, pour favoriser de nouvelles contributions des pharmaciens.


Son parcours professionnel a été marqué par plusieurs réalisations innovatrices au sein du milieu universitaire. En plus de la recherche et de l’enseignement – notamment sur les soins pharmaceutiques, son champ d’expertise principal – Madame Lamarre a été désignée pour mettre sur pied un programme de stages cliniques en milieu communautaire à la Faculté de pharmacie de l’Université de Montréal, le premier du genre au Canada. Elle a aussi contribué à instaurer un programme de Maîtrise en pharmacothérapie avancée en pratique communautaire ainsi qu’un Programme de développement professionnel de deuxième cycle sur les soins pharmaceutiques destinés aux pharmaciens en exercice.


Diane Lamarre est engagée enaide humanitaire et a accompli plus d’une trentaine de missions dans les Balkans – en Bosnie et au Kosovo, notamment – au Mali, en Ouganda, en Moldavie et à Haïti. De 2007 à 2014, elle occupe la présidence de Pharmaciens Sans Frontières-Canada. Les enjeux liés au bon usage des médicaments mais également aux pénuries, au détournement et à la contrefaçon de médicaments la préoccupent tout particulièrement. Elle est membre honoraire de l’Association des pharmaciens du Kosovo et récipiendaire du prix Développement professionnel d’après-guerre. Elle a contribué à une réforme de la Loi sur la pharmacie en Bosnie-Herzégovine d’après-guerre coordonnée par l’Organisation mondiale de la santé.


Communicatrice reconnue, Madame Lamarre se fait une priorité de renseigner la population sur les sujets liés à la santé et totalise quelques 1 000 interventions à desémissions de plusieurs réseaux. En 2004-2005, elle est chroniqueuse quotidienne à l’émission « 37,5 » à la SRC. De septembre 2009 à septembre 2011, elle présente une chronique hebdomadaire à l'émissionRDI-Santé animée par Marie-Claude Lavallée. D’octobre 2011 à mars 2014, elle réalise une chronique écrite hebdomadaire dans le Journal de Montréal ainsi qu’une chronique télévisée régulière à MATV Libre-service de septembre 2013 à mars 2014. À titre de porte-parole de l’opposition officielle en santé pendant près de 5 ans, elle a été appelée à intervenir quotidiennement avec les médias, en conférences de presse, en mêlée de presse, en entrevues et en débats publics. En janvier 2020, elle devient analyste politique à l’émissionLa Jouteà LCN. En mars, elle devient communicatrice scientifique en santé à TVA Nouvelles et à LCN dans le contexte de la pandémie de la Covid19. Diane Lamarre a aussi été invitée à présenter plus d’une centaine de conférences internationales sur les cinq continents.


Au cours de sa carrière, Madame Lamarre a été honorée à plusieurs reprises. Elle a reçu plusieurs prix de la Faculté de pharmacie pour l’excellence de son enseignement et, en 2002, recevait lePrix d’excellence de l’Université de Montréal dans la catégorie « Chargée d’enseignement ». Son alma mater l’a aussi nommée « Bâtisseur de la Faculté de pharmacie ». Elle a reçu le Prix Louis Hébert, plus haute distinction de l’Ordre des pharmaciens dès 1984 et a obtenu en 2004 le Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec. Elle a été nommée Personnalité de la Semaine par le quotidienLa Presse en 2002 et a reçu la même année le Prix de Leadership international de l’Association des pharmaciens du Canada.Elle a reçule prix Pharmacien de cœur et d’action deL’actualité pharmaceutique.La revueEntreprendre l’a classée parmi les 100 Québécoises qui ont marqué la société; la revue anglophone Pharmacy Practice lui a attribué le Commitment to Patient Care Award.

Elle a été désignée, en 2007, par l’Association des pharmaciens du Canada, comme l’un des 100 pharmaciens ayant marqué le dernier siècle. En 2009, le magazineL’actualité la désignait parmi les 25 Québécois qui relancent le Québec. En 2010, l’Université Laval lui décernait unDoctorathonoris causa, afin de reconnaître sa contribution ici et ailleurs dans le monde. En 2012, elle recevait leprix Femme de mérite, catégorie Santé et environnement, décerné par la Fondation Y des Femmes de Montréal ainsi que le Prix Femme d’exception de la Ville de Longueuil. En juin 2013, elle était choisie «Pharmacienne de l’année » par l’Association des pharmaciens du Canada et a été nommée en 2014,Membre de l’Ordre du Canada par le gouverneur général pour son leadership dans son milieu professionnel et sa contribution à l’avancement des soins pharmaceutiques. En 2017, elle était reçueFellowde l’Ordre des pharmaciens du Québec Nommée ambassadrice du Cegep Édouard-Montpetit en 2018, à l’occasion du 50ème anniversaire du Cegep.. Le 16 mai 2019, elle recevait lePrix du Conseil interprofessionnel du Québec 2019, première pharmacienne en 30 ans à recevoir ce prix prestigieux.


Présidente de l’Ordre des pharmaciens du Québec, de 2009 à 2014 et vice-présidente Amérique de la Conférence Internationale des Ordres de Pharmaciens Francophones (CIOPF) de 2012 à 2014, Madame Lamarre a, pendant sa présidence, fait adopter une Loi sur la pharmacie qui confère plus d’autonomie aux pharmaciens du Québec. Connue sous le nom deLoi 41, cette loi permet au pharmacien de prolonger des ordonnances, de prescrire dans plus de 23 conditions, de substituer en cas de pénurie, de demander des analyses de laboratoire, d’administrer des médicaments pour des fins d’enseignement et d’ajuster la médication. Ces avancées répondent aux besoins d’accès des citoyens du Québec. Elle signe aussi les Déclarations de reconnaissance mutuelle de diplômes avec la France et les autres provinces canadiennes. Diane Lamarre est également pharmacienne propriétaire en Montérégie où elle met en pratique le concept des soins pharmaceutiques ayant développé, avec son équipe, des services innovateurs en gériatrie, en soins palliatifs et en nouvelles technologies ambulatoires.


Contribution au système professionnel

Déjà étudiante et membre du Conseil des étudiants en pharmacie, Diane Lamarre était représentante étudiante au Comité des stages de l’Ordre des pharmaciens du Québec. Jeune diplômée, elle devient secrétaire puis vice-présidente de l’Association des pharmaciens salariés du Québec. Elle préside plusieurs comités de l’Ordre des pharmaciens et les mandats avec d’autres ordres professionnels et et le Ministère de la santé et des services sociaux (MSSS) lui procurent une bonne compréhension du système de santé. Ayant participé déjà à de nombreuses émissions télévisées et radio-diffusées pour conseiller les patients sur des sujets d’actualité médicamenteuse, elle reçoit dès 1984, le Prix Louis Hébert, la plus haute distinction accordée par l’Ordre des pharmaciens du Québec,.
Élue en 1986 administratrice de l’Ordre des pharmaciens, elle sera réélue sans interruption pendant 16 ans et décidera de ne pas se représenter à l’élection de 2003. De 1992 à 2003, elle siégera sur tous les comités en lien avec le partage d’informations et le Dossier Santé Québec. Elle participera également, comme conférencière, aux formations nécessaires pour la mise en application de la Loi 90.
En 2003, elle est nommée au Conseil du médicament qui deviendra l’Institut National d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) Elle y demeurera jusqu’à son élection à la présidence de l’OPQ en 2009.


Connaissance des divers systèmes de santé

Ses nombreuses contributions à des réflexions sur l’organisation des soins au Québec ont permis à Diane Lamarre de constater les difficultés d’accès. A son arrivée à la présidence de l’Ordre des pharmaciens, elle veut déployer, tout comme un peu partout ailleurs dans le monde et au Canada, de nouvelles contributions des pharmaciens pour améliorer l’accès aux soins de l’ensemble des Québécoises et des Québécois.. Elle travaille avec l’équipe de l’OPQ à l’élaboration du projet de Loi 41 qui consacrera de nouvelles activités autonomes aux pharmaciens du Québec. Moins de trois ans après son adoption, plus de 2 millions de nouveaux actes ont été accomplis par les pharmaciens du Québec pour désengorger le système de santé.

Pendant sa présidence, elle a aussi travaillé à l’implantation de 25 règles de gouvernance à l’OPQ. Elle contribuera d’ailleurs à des travaux sur la gouvernance dans un comité du Conseil interprofessionnel du Québec (avec qui elle collaborera à une vidéo) et aux travaux de l’Office des professions sur la mise à niveau du Code des professions. Elle agira comme mentor pour de nouveaux élus du système professionnel.


Elle sera membre du comité de la Conférence nationale des Ordres de pharmaciens du Canada (NAPRA) pour élaborer un site facilitant l’information aux candidats étrangers.

Elle signera l’Accord de reconnaissance France-Québec en 2009 ainsi que celui de reconnaissance pan-canadienne entre les provinces canadiennes en 2010. À titre de professeure de la Faculté de pharmacie, elle participe aussi à certains cours sur le dossier-patient et à l’opinion pharmaceutique dans le cadre du programme d’intégration des pharmaciens étrangers appelé Programme de Qualification en pharmacie (QeP).


Diane Lamarre a également contribué au rayonnement du système professionnel québécois par de nombreuses implications internationales. Pendant sa présidence de l’OPQ, elle était Vice-présidente- Amérique des ordres de pharmaciens francophones et conférencière dans plusieurs pays, dont le Liban, le Sénégal, le Maroc, la Turquie, Haïti, le Kosovo, la France (Paris et Lyon) et la Suisse. Elle y a, entre autres, présenté les standards de pratique, le programme d’inspection professionnelle, le concept des soins pharmaceutiques et la législation entourant les nouvelles activités des pharmaciens. Trois ans après l’entrée en vigueur des activités découlant de la Loi sur la pharmacie en 2015, ce sont aujourd’hui2 millions d’actesqui ont été offerts à plusieurs centaines de milliers de Québécois.


Femme politique

En avril 2014, elle est éluedéputée de Taillon à l’Assemblée nationale du Québec et est nomméePorte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicileainsi que pour la Régie d’assurance médicament du Québec (RAMQ). Elle a procédé à l’étude en commission parlementaire de nombreux projets de lois, a réalisé des centaines d’entrevues, a réagi à de nombreuses mêlées de presse (scrum) et participé à de nombreux débats en santé. Elle a déposé deux projets de loi privés, l’un sur l’abolition des frais accessoires pour les citoyens du Québec et le second sur le Droit à l’oubli pour faciliter et normaliser l’accès aux assurances pour les survivants du cancer.Elle est aussi désignée par l’Assemblée nationale, vice-présidente de la Conférence des parlementaires des Amériques (COPA). A ce titre, elle a réalisé deux missions parlementaires, l’une à Haïti et l’autre au Panama pour favoriser les collaborations sur les procédures parlementaires. Elle a aussi été nomméePrésidente de la Commission Démocratie et Paix de l’Assemblée nationale du Québecresponsable de la surveillance des processus électoraux. Elle a ainsi étéobservatrice internationale lors de l’élection du 1er juillet 2018 au Mexique.


Depuis plus de 25 ans, elle s’intéresse aux enjeux en santé. Ses nombreuses expériences tant à l’international qu’au Québec lui ont conféré une capacité d’analyser les systèmes de santé et d’y trouver des solutions. Axée sur l’innovation et le souci de justice sociale, Madame Lamarre demeure convaincue que pour réussir le changement, il faut susciter l’adhésion et non la coercition.


Sessions auxquelles Diane Lamarre participe

Mercredi 16 juin, 2021

Fuseau horaire: (GMT-05:00) Eastern Time (US & Canada)
11:50 AM
11:50 AM