Comprendre la variation morphologique des fleurs par la génétique

Thème:
Adaptation
Quoi:
Talk
Partie de:
Quand:
vendredi 20 déc. 03:40 PM (15 minutes)
Où:
Salle EFG
Discussion:
0
La grande diversité de la forme des fleurs retrouvée en nature est souvent associée aux pressions de sélection exercées par les pollinisateurs. Pourtant, on ne connait pas bien sur quels gènes cette sélection agit pour produire des phénotypes particuliers. Nous nous sommes donc posés la question pour un groupe d’espèces de Gesneriacées antillaises qui ont vécu plusieurs transitions de modes de pollinisation au cours de leur évolution. Plus précisément, mon projet visait à identifier des gènes impliqués dans les changements de forme de la corolle entre deux espèces du genre Rhytidophyllum. L’une est tubulaire et pollinisée par les colibris, et l’autre est en forme de cloche et pollinisée par les chauves-souris en plus des colibris. Dans le cadre de mon projet, nous avons déterminé le génotype pour 29 gènes candidats chez une population d’hybrides F2 pour lesquels la forme forale a été caractérisée. À l’aide de la cartographie génétique de QTL (loci de traits quantitatifs), nous avons pu associer la variation phénotypique à la variation génotypique au sein de la population. Nos résultats démontrent que les traits morphologiques des fleurs sont principalement régulés par 8 régions réparties dans le génome, et 7 de nos gènes candidats y sont associés. Cela implique que la forme des pétales est un caractère complexe et que ses transitions au cours de l’évolution doivent impliquer de nombreux gènes. Cette étude permet ainsi de mieux comprendre les bases génétiques de la forme florale, un sujet encore peu étudié.

Mon horaire

Ajouter à Mon Horaire comme Favoris