Natura 2000, des directives européennes pour la protection des habitats et des espèces: l’approche wallonne

Quoi:
Talk
Quand:
mercredi 18 déc. 09h10   09:10 AM à 10:00 AM (50 minutes)
Où:
Salle BCD
Discussion:
0

Face au constat à la fin du siècle dernier du déclin de la biodiversité sur son territoire, l’Union européenne, s’appuyant sur deux de ses Directives (Habitats et Oiseaux), a mis en place le Réseau Natura 2000.

Fort de ses 1.330.000 km² (60% terrestre, 40% marin, 18,7% du territoire des 28 états membres), il constitue le réseau coordonné d’aires protégées le plus vaste de la planète.

Le concept concilie la préservation de la nature et les activités humaines à travers un objectif spécifique qui vise à assurer le maintien ou, le cas échéant, le rétablissement dans un état de conservation favorable des habitats et des espèces d’intérêt communautaire.

A cette fin, la Commission européenne soumet les états membres à une obligation de résultats mais leur laisse la liberté de leur approche.

La Wallonie, en tant qu’entité fédérée, exerce la compétence de la conservation de la Nature sur son territoire. Elle a établi son réseau Natura 2000 entre 2008 et 2015 à travers la sélection et la désignation après enquête publique de 240 sites, sur base de critères scientifiques et des meilleures connaissances naturalistes d’alors.

Ce réseau couvre aujourd’hui près de 221.000 ha soit 13% du territoire dont les trois-quarts sont occupés par de la forêt tant publique que privée. Il abrite 41 habitats d’intérêt communautaire dont 10 sont prioritaires, 69 espèces de la directive habitats et 65 espèces de la directive oiseaux.

La stratégie d’implémentation combine une base réglementaire et un démarchage actif pour des contractualisations volontaires.

C’est ainsi que l’établissement d’une méthodologie de cartographie et d’inventaire a permis l’identification des enjeux biologiques et a donné l’assise nécessaire à la réglementation grâce à la définition des unités de gestion dans les sites et des mesures de conservation qui y sont associées. Une politique de compensation permet aux exploitants et propriétaires concernés d’être indemnisés pour la perte de revenus induite.

Enfin, pour répondre à la demande de l’Europe d’évaluer périodiquement l’efficacité du réseau, la mise en place d’un vaste dispositif de monitoring des états de conservation des habitats et des espèces concernés, dans et hors réseau, a été organisée. Cette démarche mobilise de nombreuses ressources mais permet tous les 6 ans un nouvel état des lieux, base nécessaire à la réorientation des stratégies de conservation de la biodiversité régionale.

Participant
Directorate of Nature and Water

Mon horaire

Ajouter à votre horaire