14.00  Expérience et (re)connaissance patrimoniales

What:
Paper
When:
Saturday 04 Jun 11:00 AM (30 minutes)
Discussion:
0

Il est aujourd’hui acquis que les éducations et transmissions patrimoniales mobilisent largement les médiations de type expérientiel pour conduire les publics à la reconnaissance de lieux/sites, et en particulier pour les patrimoines en cours d’invention. Cette modalité constitue aujourd’hui un des vecteurs privilégiés pour atteindre ce but et procéder à des patrimonialisations d’espaces et de lieux aux marges des centres récréatifs et/ou touristiques reconnus et stabilisés. De ce point de vue, la patrimonialisation participent donc activement à l’extension et à la multiplication des lieux susceptibles d’être visités et donc à leur transformation en « site » à voir, à connaître et à pratiquer. Quels que soient les espèces d’espaces considérés, on assiste – paradoxalement dans une première approche - à une normalisation ubiquiste des modes opératoires, dont la reproduction même est problématique si on veut bien considérer que le patrimoine, dans ses dimensions identitaires et de reconnaissance, se revendique comme singulier.  

La communication s’attachera tout particulièrement à deux modalités expérientielles : la balade et le jeu. Ces deux pratiques, mises en œuvre in situ, dans des espaces en cours de patrimonialisation, très différents dans leurs matérialités (quartiers d’habitat populaire, friche industrielle, friche péri-urbaine, espaces intermédiaires, …) invitent à les « découvrir » pour en « comprendre » la « valeur ». Connaissance et reconnaissance sont donc intrinsèquement articulés dans une même visée. La balade comme le jeu construisent dès lors des pratiques (déambulation, parcours, itinéraire, itinérance) vectorisées par la tension d’une découverte en actes, d’un apprentissage et d’une acculturation. Face à la normativité sociale et culturelle des patrimoines hérités, reconnus et estampillés (labels en particulier), ces fronts de conquête patrimoniales et leurs promoteurs (associations essentiellement) recyclent des pratiques - le parcours et le jeu – mais en revendiquant non seulement la singularité de ces lieux – et leur légitimité à être visités - mais également des motivations patrimonialisantes d’un autre ordre, social et politique. Il s’agit en effet de faire reconnaître des espaces en creux ou des marges insignifiantes en médiatisant les connaissances requises à la compréhension de leurs valeurs. La balade (versus visite guidée) et le jeu (versus cartel scientifique) doivent permettre, par l’expérience des lieux, par la présence mobile et déambulatoire et le suspens de la découverte (des lieux ou du résultat des jeux), la nécessité d’un autre regard, d’une enquête de signes et de traces.  

En revendiquant et construisant une distance entre norme et inventivité, entre canons stabilisés et nouveaux regards sur des marges, ces pratiques suscitent ainsi des manières de faire avec les lieux où les expériences tiennent une place essentielle, fondamentalement esthétique. Il faut entendre ici le terme dans sa double acception de dimension artistique (les pratiques récré-artistes dans les banlieues) et d’expérience sensible (multi-sensorialité active en référence au sens étymologique d’aesthésis) dont les balades et les jeux (de pistes ou de rôles) sont des vecteurs.  

Ce régime esthétique du patrimoine, conçu comme voie d’accès à la connaissance participe, sur le fond, d’une volonté d’un autre partage des savoirs, militant pour (et par) un nouveau partage du sensible (Rancière). La communication analysera les mises en œuvre de ces découvertes patrimoniales, les modalités du fac simile d’enquêtes – en miroir des savoirs savants mobilisés (ethnologie, écologie, sociologie) –, et l’effectivité du projet qui le sous-tend. Ce dernier visant un niveau plus élevé de conscience de la réalité et un dévoilement de la mé- ou de l’in-connaissance, pose évidemment la question – politique - de son effectivité et de la pertinence des recyclages de pratiques déjà connues.

Participant
Université Lumière Lyon 2
Participant
Université Lumière Lyon 2

My Schedule

Add to Your Schedule